Ez az oldal sütiket használ

A portál felületén sütiket (cookies) használ, vagyis a rendszer adatokat tárol az Ön böngészőjében. A sütik személyek azonosítására nem alkalmasak, szolgáltatásaink biztosításához szükségesek. Az oldal használatával Ön beleegyezik a sütik használatába.

Hírek

Browning, Robert oldala, Francia életrajz

Browning, Robert portréja
Browning, Robert
(1812–1889)
 

Életrajz

(7 mai 1812 – 12 décembre 1889) était un poète et dramaturge anglais.

Né à Camberwell, Surrey, Angleterre, fils unique de Robert et Sarah Wiedemann Browning. Son père, employé de banque aisé, possédait une bibliothèque d'environs 6000 livres, Robert Browning a eu ainsi un accès facile à la littérature. Sa mère était une dévotte, non-conformiste, et ils ont vécu simplement, mais son père a encouragé l'intérêt de Robert pour la littérature et les arts.

Il était un étudiant doué et dès l'âge de quatorze ans parlait couramment le français, le grec, l'italien, et le latin. Il est devenu un grand admirateur des poètes romantiques, particulièrement Percy Bysshe Shelley. Tout comme ce dernier, il est brièvement devenu un athée et un végétarien, mais plus tard il a considéré tout ceci comme une passade. À l'âge seize ans il est allé au University College de Londres, mais a abandonné après sa première année.

En Mars 1833, Pauline: A Fragment of a Confession a été édité anonymement par Saunders et Otley, de beaucoup de manières une publication financée par sa famille, et ceci a marqué le commencement de sa carrière en tant que poète. Long poème religieux, il a été voulu par son jeune auteur comme le premier d'une série de travaux produits par plusieurs avatars de lui-même (le poète, le compositeur, etc.), mais Browning a abandonné le projet. Il a été très embarrassé par ce poème plus tard, ajoutant une préface quelque peu contrite à l'édition 1868 de ses Collected Poems, demandant l'indulgence de ses lecteurs en lisant ce qui à ses yeux était une œuvre de jeunesse, avant d'entreprendre de grosses modifications au poème pour l'édition 1888, avec cette remarque: « twenty years' endurance of an eyesore seems long enough », « supporter vingt ans une horreur paraît suffisament long ».

En 1835, Browning a édité le long poème dramatique Paracelsus, essentiellement une série de monologues du docteur et alchimiste suisse Paracelsus et de ses amis. Éditée sous le vrai nom de Browning, dans une édition financée par son père, la poésie a eu un petit succès commercial et critique et a marqué son introduction dans la société littéraire de Londres. À cette époque, le jeune poète était très demandé dans les cercles littéraires pour son esprit vif et son style flamboyant, et il s'est embarqué dans deux entreprises peu réfléchies : une série de pièces de théâtre, qui n'ont pas eu de succès et sont oubliées aujourd'hui, et Sordello, une poésie très longue en vers blanc à propos d'une inimitié obscure au nord de l'Italie médiévale. Bavard et plein de références obscures, le poème est devenu un bouc émissaire pour les sentiments anti-Browning des critiques, et le jeune poète est devenu un objet de dérision, évité par beaucoup dans la société littéraire de Londres. L'effet sur la carrière de Browning a été catastrophique, et il n'a récupéré sa place auprès du public - et les ventes qui vont avec - qu'à la publication de The Ring and the Book, (l'anneau et le livre), presque trente ans après.

Au début des années 1840 il a continué à éditer des pièces de théâtre et des poésies plus courtes, sous le titre général Bells and Pomegranates. Bien que les pièces, à l'exception de Pippa Passes - davantage une poésie dramatique qu'une pièce - soient presque entièrement oubliées, les volumes de poésie (Dramatic Lyrics, d'abord édité en 1842, et Dramatic Romances and Lyrics de 1845) sont souvent considérés comme le meilleur travail du poète, contenant plusieurs de ses poésies les plus connues. Bien que plus admirés maintenant, les volumes ont été en grande partie ignorés alors, à la suite de la débâcle de Sordello.

Début 1845, Browning a commencé à correspondre avec Elizabeth Barrett, semi-invalide, et les deux se sont fait une cour secrète loin des yeux du père autoritaire de la jeune femme, avant de se marier en secret en 1846 et de s'enfuir en Italie. Leur fils, le peintre et critique Robert Wiedemann Browning, connu dans la famille comme « Pen », est né à Florence en 1849. Les Brownings ont continué à écrire et éditer de la poésie depuis leur maison italienne dans toutes les années 1850. La première publication de Robert Browning après son mariage était Christmas-Eve and Easter-Day, longue œuvre religieuse éditée en 1850. Men and Women (Les hommes et les femmes), une série de cinquante poésies dramatiques récitées par cinquante personnages fictifs et historiques différents, avec une cinquante-et-unième, One Word More, dont Browning lui-même est le narrateur et consacrée à son épouse, a été éditée en 1855. Les hommes et les femmes - son titre est tiré d'un vers de Sonnets from the Portuguese de son épouse - est généralement considéré comme son recueil le plus réussi par les critiques modernes, et beaucoup l'ont décrit comme un des meilleurs livres édités dans l'Angleterre victorienne, mais le recueil a eu peu de succès lors de sa première édition et les ventes sont restées faibles.

Après la mort d'Elizabeth en 1861, Browning et son fils sont revenus à Londres. Quand son premier nouveau travail en neuf ans, Dramatis Personae, a été édité en 1864, la réputation de Browning a changé de la part de la critique et du public; une édition rassemblée de ses poèmes avait été éditée l'année précédente et s'était raisonnablement bien vendue. Dramatis Personae était une collection de dix-huit poésies, dont beaucoup étaient légèrement plus sombres que celles de Men and Women, le thème central étant encore les poésies dramatiques relatées par des personnages historiques, littéraires et fictifs. Les polémiques religieuses de l'époque, comme la description de la détresse matrimoniale, sont de plus en plus en avant dans le travail de Browning. Dramatis Personae était le premier volume de poésie de Browning à se vendre assez bien pour mériter une deuxième édition, bien que les ventes n'aient pas été spectaculaires. Son statut littéraire a été reconnu par une bourse de recherche honorifique à l'université de Balliol, Oxford en 1867.

En 1868, Browning a finalement terminé et édité la longue poésie en vers blanc The Ring and the Book, qui le rendrait finalement riche et célèbre, et qui a assuré sa réputation auprès des critiques au premier rang des poètes anglais. Basé sur un cas compliqué de meurtre des années 1690 à Rome, la poésie se compose de douze parties, comportant dix longues poésies dramatiques relatées par les divers personnages de l'histoire montrant leur vision individuelle des événements, accompagnées par une introduction et une conclusion de Browning lui-même. Extraordinairement long même pour Browning (plus de vingt mille lignes), The Ring and the Book est le projet le plus ambitieux du poète et a été salué comme un tour de force de la poésie dramatique. Édité séparément en quatre volumes à partir de novembre 1868 jusqu'en février 1869, la poésie eut un succès commercial et critique énorme, et finalement a apporté à Browning la renommée qu'il avait cherchée et avait méritée pendant presque trente années de travail.

Avec sa renommée et fortune assurées, Browning redevint l'auteur prolifique qu'il avait été au début de sa carrière, pendant les vingt dernières années de sa vie, voyageant intensivement et fréquentant à nouveau la société littéraire de Londres, il est parvenu à éditer pas moins de quinze nouveaux volumes. Aucun de ces derniers travaux n'a eu la popularité de The Ring and the Book, et ils sont en grande partie méconnus aujourd'hui. Cependant, le travail postérieur de Browning a subi une réévaluation critique importante ces dernières années, et un regain d'intérêt pour sa qualité poétique et sa perspicacité psychologique. Après une série de longues poésies éditées dans les années 1870 - dont Fifine at the Fair et Red Cotton Night-Cap Country sont les plus intéressantes - Browning s'est à nouveau tourné vers des poésies plus courtes. Le volume Pacchiarotto, and How He Worked in Distemper incluait une attaque rancunière contre ses critiques, particulièrement le poète officiel Alfred Austin. En 1887, Browning a produit le travail principal de ses dernières années, Parleyings with Certain People of Importance In Their Day. Il a finalement présenté le poète parlant dans sa propre voix, s'engageant dans une série de dialogues avec les figures oubliées de l'histoire littéraire, artistique, et philosophique. Une fois de plus, le public victorien a été dérouté par ceci, et Browning est revenu au texte court et concis pour son dernier volume, Asolando (1889).

Selon certains écrits, Browning a eu une liaison avec Lady Ashburton dans les années 1870, mais ne s'est pas remarié. En 1878, il est revenu en Italie pour la première fois depuis la mort d'Elizabeth, et y est retourné à plusieurs occasions. Il est mort dans la maison de son fils, au palais Ca' Rezzonico à Venise en décembre 1889, et a été enterré dans le carré des poètes de l'Abbaye de Westminster ; sa tombe se trouve à côté de celle d'Alfred Tennyson.

Gyűjtemény ::
Irodalom ::
Fordítás ::

minimap